Niccolo Ammaniti

Moi et Toi     (2016)

 

Un adolescent en mal d’amis probablement par manque de sûreté de soi, craint le regard des autres et trompe sa propre famille. Il s’invente des vacances entre jeunes et finit par séjourner dans la cave pour passer inaperçu. Par hasard il y rencontre sa demi-sœur, déséquilibrée aussi. Bien mal dans leur peau, ces deux jeunes partagent leur solitude et leurs peurs. L’impression première que me fournit ce texte, est celui d’un conte parfois brutal, parfois léger sur l’innocence d’une jeunesse totalement inconsciente. Le monde des adultes s’est séparé bien trop rapidement de celui que s’invente la jeune génération. Sous couvert de sagesse, les adultes se déculpabilisent en conduisant leurs enfants sur les chemins conventionnels. Mais à la réflexion, ce petit ouvrage m’a paru rassembler toute la douleur, voire la souffrance dans laquelle s’enferment parfois les jeunes par manque de dialogues, par incapacité à communiquer. Mais faut-il rendre responsable la génération ainée ou déplorer que les jeunes ne désirent pas être avertis… ? Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire ou simuler clairement un bien être difficilement accessible : n’est-ce pas l’erreur commise le plus souvent par n’importe qui, jeune ou non, par inconscience ?

 

Antoine Compagnon

Un été avec Pascal

 

Outre que l’homme reste parfois d’un accès difficile ou compliqué, le livre ici qui s’intitule « Un été avec… » n’est pas du tout le genre de lecture à adopter pour se détendre sur le sable ! L’auteur reprend tout le cheminement et le phrasé du philosophe, qui en devient le sujet passionnant que l’on connaît, mais à condition d’analyser le dérouler du livre avec concentration, sérieux bien sûr et beaucoup de persévérance quand même. Avant d’aborder l’ouvrage, il me semble important de prévenir le lecteur qu’il ne s’agit pas ici d’une vulgarisation sociétale, mais bien d’un ouvrage difficile à suivre. Il n’en reste pas moins qu’un petit moment de réflexion philosophique procure toujours un temps de plaisir important.

Catherine Allegret

Les souvenirs et les regrets aussi 

 

Voici un bon moment de lecture, tout en légèreté, tout en humour et en vivacité. Catherine Allégret a eu le mérite me semble-t-il, d’écrire ici sans mélancolie ostentatoire, même si parfois elle est confrontée à la solitude d’une enfant de stars. Elle a conservé une joie de vivre, peut-être feinte, dans son écriture et n’a jamais tenu à reprocher à ses parents une quelconque mise à l’écart. Elle n’était pourtant pas toujours bienvenue dans l’entourage du couple Montand-Signoret et a souvent vécu chez des oncles et tantes sans pour autant sans plaindre. Le livre malgré tout illustre très clairement sa difficulté à vivre à l’ombre de ses parents et le lecteur compatit évidemment à ce mal-être. Il devient flagrant effectivement, qu’évincée dans sa petite enfance ou étouffée dans ce métier qu’elle ne pouvait exercer, la femme a dû mettre quelques désirs de scène sous le boisseau.