Philippe Claudel

 

L’arbre du pays Toraja (2016) 

 

La mort donne à la vie sa finalité et dévoile l’abandon de la chair, qui peut aussi être une sorte d’emballage… C’est l’enveloppe seule qui change… : l’âme est présente à chaque instant. A nous d’en rester conscient, à nous de s’en enrichir… C’est probablement une renaissance sous forme différente que celle que nous connaissons et la reconnaissance aussi d’une présence permanente auprès de nous. La coutume indonésienne du pays de Toraja veut « prolonger » la vie du mort en lui permettant de renaître dans le cocon d’un arbre : porté au creux du tronc, le corps de chair disparaît en devenant la nutrition de l’arbre qui pousse, mais l’esprit habite définitivement les vivants… Aucun misérabilisme dans cet ouvrage, juste un court moment de délicieuse méditation.

 

Alice Zeniter

 

L’art de perdre  (2017)

 

J’ai été enchantée de lire cet ouvrage, écrit sous la forme d’un roman et traitant avec humanité de la guerre d’Algérie, du retour des pieds noirs, et principalement de l’accueil ou plutôt du non-accueil des Harkis par la population française et le gouvernement.

Peut-être est-ce suffisamment subjectif pour fausser un peu les informations, mais globalement, c’est une source de renseignements dont on peut facilement démêler l’exact et le gonflé… Ce témoignage a le mérite de fournir les données nécessaires à la connaissance du sujet. L’information peut être biaisée par l’intime conviction de l’écrivain et son appartenance au milieu « harki », mais l’écrit est rendu avec suffisamment d’honnêteté pour en éclairer le contenu.