Jean-Baptiste Andréa

Cent millions d’années et un jour ( 2019)

 

A l’instar de l’ouvrage précédent, l’auteur fabrique de toute pièce un conte pour adulte ou les forces intérieures interviennent et motivent avec un tel impact, que le rêve porte le lecteur aux confins d’un imaginaire attachant. Il se régale d’une plume élégante, vive et pleine d’humour. La subtilité et la finesse transpercent souvent, tant dans des situations rocambolesques qu’au cours de réflexions qu’inspirent les personnages… Avec bonheur, la fin m’a rappelé les haïkus dans ce qu’ils ont de poétiques et de concis.

Haruki Murakami

Le meurtre du commandeur (livre 1) 2018

 

L’auteur captive le lecteur par son sens du suspens, du détail et de la description. Ici, pas de longueurs inutiles, l’intérêt monte en pression, sans heurts et sans violence. C’est le propre d’un roman à tiroirs, sans qu’aucun passage ne soit banalisé ou passé pour négligeable. L’auteur analyse les situations à partir des comportements et ne reste jamais indifférent à proposer plusieurs chemins de compréhension au lecteur. Il évolue finalement  dans le texte avec parfois quelques frissons, mais aussi une acuité cérébrale constante et une lecture très accaparante. Ce qui fait l’intérêt de cet auteur, réside dans la qualité de ses écrits denses et réfléchis. C’est à mon avis tout sauf un roman de gare…

 

Laetitia Colombani

 

Les victorieuses  (2019)

 

 Le titre choisi évoque les femmes courageuses, qui offrent leur propre victoire aux nécessiteux. Ces pages, intéressantes et bien écrites, traitent des origines de l’Armée du Salut et établit en parallèle pour l’intérêt du lecteur, le trait actuel et romanesque d’une vie d’aujourd’hui. Au début du XX° siècle, après de considérables difficultés, un bâtiment est aménagé pour recevoir les déshéritées de la ville. Il existe fort heureusement quelques personnalités comme Blanche Peyron, pour aller au bout de leurs convictions et se donner les moyens de parvenir à l’excellence. On a déjà rencontré ce genre de femme, suffisamment généreuse, altruiste, déterminée et volontaire pour franchir parfois les limites sociales du raisonnable… les bien-pensants n’approuvent pas toujours leurs exploits, mais au terme de leur action pourtant, ces héroïnes sont souvent félicitées… Au bout du compte, la société leur doit une fière chandelle, sachant que ce qui semble légitime aujourd’hui, paraissait quelque fois impensable au siècle dernier.